Que vous veniez de créer votre entreprise ou que vous soyez déjà lancé depuis plusieurs années, il n’est jamais trop tard pour mettre en place un advisory board.

On ne le rappellera jamais assez, mais un advisory board est l’équivalent d’un comité stratégique consultatif. Il ne faut donc pas le confondre avec le Conseil d’Administration ou le comité de direction.

L’advisory board, c’est en quelque sorte, le petit frère du Conseil d’Administration. Il est composé de quelques experts bien choisis, pour vous aider à rompre l’isolement propre au dirigeant, et vous aider à prendre vos décisions stratégiques. Il n’est donc pas là pour prendre les décisions à votre place, ni pour contrôler vos faits et gestes. D’ailleurs, il n’a pas non plus vocation à faire les choses à votre place ou à la place de vos salariés.

Le mantra de l’advisory board c’est plutôt : « tout seul on va vite, ensemble on va loin ».  A condition de bien respecter quelques règles élémentaires.

#1. En tant que Président(e) de SAS, c’est à moi de décider de mettre en place un board

Dans les SAS qui bénéficient d’une grande liberté contractuelle, il y a rarement de conseils d’administration ou de conseils de surveillance qui sont mis d’emblée en place. C’est donc très librement que vous pouvez décider, sans passer par une modification de statuts, de mettre en place un advisory board, qui rappelons le, n’est ni plus ni moins qu’un comité consultatif stratégique extérieur.

#2. Bien choisir les membres de son board : ni amis, ni clients, ni banquiers

Pour de nombreux entrepreneurs, la tentation peut être grande d’inviter autour de la table son banquier, son avocat, son expert-comptable, des amis. Tous les dirigeants d’entreprises qui ont réussi et les experts en gouvernance vous diront que c’est une erreur.

En siégeant dans votre advisory board, ces parties prenantes qui vous connaissent et sont en lien avec votre entreprise ont trop d’intérêts directs et indirects pour ne pas intéresser le leur. C’est la même chose avec vos amis. Lequel d’entre eux osera vous dire que vous faites fausse route ? Oserez-vous lui dire qu’il n’a pas été à la hauteur de vos attentes ?

Pour choisir ses membres, posez-vous une question simple : cette personne sera t’elle la mieux placée pour me conseiller ?

“bien sélectionner les membres de son advisory board pour des séances efficaces”

#3. Équilibrer les profils et recruter avec soin

Prenez le soin de vérifier les motivations des candidats, leurs compétences et enfin leur disponibilité.

Il vous est possible de vérifier les références en contactant d’anciens CEO pour qui ces personnes ont pu travailler, en regardant les recommandations laissées sur LinkedIn.

Indiquez aux personnes que la mise en place de votre board demande un engagement réel et sérieux et que vous attendez d’elles une contribution certaine. Vous devrez donc avoir une idée en tête du nombre de réunions que vous allez mettre en place et du temps de préparation à consacrer pour chaque séance de board.

Équilibrez les profils en vous tournant vers des personnes qui ne sont pas dans votre champ de compétences.

La richesse des profils est une des clés de réussite de votre board. Veillez également à ce que les tempéraments des futurs membres s’accordent également. Une personne qui ne vous laissera pas placer un mot dans les échanges ou qui cherche à avoir raison à tout prix est à fuir.

#4. Adapter son advisory board à la taille de son entreprise

Adaptez les profils en fonction du niveau de maturité de votre entreprise.

Recrutez un nombre adéquat de membres en fonction de l’évolution de votre entreprise. Au démarrage, un board composé de trois membres, plus le dirigeant est largement suffisant. Plus il y a de personnes dans votre board et plus vous prenez le risque que ce board perde en efficacité.

#5. Piloter son board

Pour que l’advisory board ait une utilité, ne prévoyez pas moins de 5 réunions par an (4 en minimum) et préparez absolument chacune de ces séances.

Validez au moins un mois à l’avance les sujets à traiter. C’est l’un des rôles du Président, entre deux réunions de ce comité consultatif que de relever les sujets à traiter au cours des prochaines séances auprès des autres membres.

Revoyez ce qui a été dit dans les séances précédentes pour faire le point sur ce qui s’est passé depuis et mettre à jour votre plan d’action.

Communiquez le maximum d’information aux membres en amont pour favoriser l’alignement et une prise de décision plus rapide.

Enfin, gardez du temps informel, tel qu’au moment du déjeuner ou de l’accueil de vos membres pour développer des points, répondre à d’autres questions qui n’auraient pas pu être évoquées lors de la session.